Le projet

« Parlons jeunes, parlons politique ! » est un projet qui vise à donner la parole à un groupe d’une douzaine de jeunes sur des sujets, liés à la politique, sur lesquels ils souhaitent s’exprimer. L’évènement est à l’initiative du Délégué général aux droits de l’enfant et de l’asbl RTA et a été mis sur pied en collaboration avec la Fédération des maisons de jeunes.
L’objectif du projet est de faire prendre conscience aux jeunes que la participation à toutes les réflexions et décisions qui les concernent est non pas une faveur mais un droit que leur reconnait la Convention internationale des Nations Unies datant de 1989.
Sur le même modèle que les deux précédentes expériences (« Quand la Syrie parle aux jeunes, les jeunes nous parlent du monde » et « Pauvreté, parlons jeunes ! ») le groupe rencontre des spécialistes des médias, des représentants majeurs du monde politique et participe à des évènements en lien avec la thématique pour étayer leur opinion et provoquer des échanges de points-de-vues.
Le groupe travaille actuellement sur les questions de citoyenneté, démocratie, politique en utilisant tous les médias modernes pour réintroduire la voix des jeunes, des enfants, dans le débat qui précède les élections du 25 mai. Ils sont répartis en quatre ateliers médiatiques (presse écrite, web, radio et TV) et travaillent pour créer des contenus qui seront diffusés par des médias de grande diffusion en Fédération Wallonie-Bruxelles : le journal « Métro » publiera quatre articles écrits par le groupe presse écrite, les contenus radios seront diffusés dans l’Essentiel sur BelRTL et dans l’émission Face à l’info sur La Première RTBF, et un documentaire sera produit afin de pouvoir être utilisé dans l’optique de l’éducation permanente.
L’évènement se déroule actuellement à Bruxelles dans le bureau du Délégué général aux droits de l’enfant.


10 jeunes de 13 à 23 ans participent à cette nouvelle édition du projet : voici quelques unes des explications de leur intérêt pour le projet

« J’attends des réponses à des questions globales par rapport à la jeunesse en politique.
Comment « les politiques » comptent faire bouger les choses pour les jeunes ?
En rencontrant les politiciens je souhaite ne pas être écouté à moitié et comprendre,
autant pour moi que pour les autres jeunes. »

« Je ne crois pas au changement par les politiciens.
Ce sont toujours les mêmes au pouvoir. Comme Coluche disait :
« si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit ! »
C’est dommage que les personnes qui se bougent le plus pour la société sont en bas de l’échelle politique ! »

« Avec ce projet, je suis acteur et non spectateur de la société.
Cela me permet de rencontrer des gens en vrai et de les avoir devant nous.
Mettre un visage sur le pouvoir.
Le fait que des gens engagés politiquement s’intéressent à nous,
change du fait qu’on s’intéresse peu à nous en politique. »

« Le concept « parlons jeunes » me correspond,
dans la continuité de mes engagements
et dans la manière dont je conçois la citoyenneté. »

« Je voulais venir ici parce que je voulais m’instruire, je ne m’y connais pas vraiment en politique.
J’espère qu’avec ce que nous allons communiquer, les jeunes vont se réveiller, bouger,
ne pas se laisser endormir par le blabla politique ;
car c’est nous qui sommes les citoyens de demain. »

« Je participe à ce projet pour m’instruire.
Puis j’aimerais aussi faire passer le message que les jeunes ne font pas RIEN !
Ils bougent !
La preuve avec ce projet, nous voulons montrer que les jeunes s’impliquent dans la société. »

Le Manifeste :

Les objectifs du manifeste sont : replacer au cœur du débat la place des jeunes et des associations qui les accueillent chaque jour ; infléchir les actuelles orientations politiques dominantes menées à différents niveaux de pouvoir, trop souvent inscrites dans des logiques d’austérité et de contrôle social ; et contribuer à réinventer de nouvelles politiques culturelles en matière de jeunesse.

Lisez-le, signez-le, parlez-en, consultez-le ici

Manifeste

Partenaires du projet :

imagesBan-dgdeBan-rta

One thought on “Le projet

  1. Pingback: manifeste