Rencontres

Petits retours des rencontres

Les jeunes ont eu l’occasion de rencontrer différents adultes ayant une approche de la thématique politique à travers un travail différent : journalistes, politologue, travailleurs d’associations… et également hommes et femmes politiques en campagne. Voici certaines de leurs réactions par rapport à ces rencontres (généralement) suivies, entre guillemets, d’une phrase, expression ou thématique de leur discours qui aura marqué le groupe.

C’est des personnes géniales et créatives. Ils nous ont donné des outils pour écrire des Slam. Je suis content de les avoir rencontrés.

 

Nous connaissions tous ce journal, pour l’avoir lu dans le train, le métro, le tram ; notre entretien avec eux nous a permis de les interroger sur leur philosophie, leurs pratiques journalistiques.

« On a beau vouloir montrer le positif,
nous devons également couvrir des événements tragiques,
nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours ! »

Si « dynamique et rythmé » restent les mots clés de la journée, être bien chaussé pour suivre le rythme infernal d’une campagne électorale est primordial.

« Qu’il s’y connaisse ou pas, dans ses projets d’achat,
le citoyen s’informe et compare les informations ;
pour ce qui est du choix du vote, par contre,
il attend que tout lui tombe du ciel. »

C’est une personne très ouverte avec qui il est possible de parler de tout. Je suis contente de voir quelqu’un se battre pour ses idées, je n’oublierai jamais cette rencontre enrichissante.

« Il ne faut pas faire de la politique, il faut la vivre ! »

C’est un pédagogue, mais pas seulement : il est avant tout un citoyen conscient de l’importance de s’intéresser à la politique.

« Je définirai cette rencontre avec les jeunes
comme un moment de confrontation de point de vues,
c’est surtout ça que je retiendrai. »

Moi, j’ai adoré l’interview car il était très ouvert d’esprit, qu’il n’a pas sa langue dans sa poche et qu’il ne tournait pas autour du pot. J’admire son activisme, il s’implique à 200% dans les causes et les convictions auxquelles il tient.

« Soyons acteurs de la société et pas spectateurs. »

La rencontre avec les journalistes fut très intéressante cela nous a fait découvrir les coulisses des rapports entre médias et politiques.

« Hier, un politicien m’a téléphoné pour m’engueuler !
Il était le dernier des partis à ne pas m’avoir sermonné…
c’est que je fais bien mon travail ! »

 J’ai été surpris par le parcours professionnel de ce jeune de 27 ans qui est candidat à la chambre et par le fait qu’il a été élu à une voix près au conseil communal de Saint-Gilles. Donc tout ce joue à une voix? Vraiment étonnant! Son point de vue sur le gouvernement actuel est intéressant et atypique, il est par exemple le seul à m’avoir dit que le gouvernement actuel est en décalage avec la réalité du terrain. Le gouvernement en place écoute mais n’entend pas la jeunesse.
J’étais à l’aise lorsque je lui posait des questions; c’est différent de mes autres entretiens où je devais formuler mes questions trois fois dans un langage politique soutenu – si je peux dire comme ça. Et il a répondu à mes questions en vulgarisant le jargon politique : ça change et c’est du coup plus accessible et compréhensible!